Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
World Of Warcraft - Alliance
Bienvenue

Premiers pas d'un guerrier Tauren

Créé le 22 October 2004 par David
Edition du :
01 December 2004

Introduction

Ça y est, j'ai enfin pu tester ce qui est annoncé partout comme la merveille des merveilles, le premier jeu MMORPG de Blizzard, j'ai nommé : World of Warcraft.

Dans les jeux vidéo, le propre des premières impressions c'est qu'elles sont extrêmement fugaces. Après quelques heures de jeu, voire quelques minutes, on prend des automatismes, qui nous font oublier que, par exemple, au début d'AoK, on savait à peine qu'il fallait créer des villageois.

Aussi, est-il important de les mettre par écrit. C'est le but de ce petit article.

Installation

Nos testeurs officiels de l'AF sont maintenant tous partis sur la bêta Europe (nous sommes le 17 octobre 2004) et les deux clés qu'ils utilisaient sur la bêta US sont disponibles pour que d'autres puissent s'essayer au jeu. C'est ce que nous faisons, Scan, Waves, ChrisHa, ValHa et moi.

Le téléchargement du jeu n'a posé aucun problème, même si les plus de 3 gigas ont mis bien longtemps à arriver. Une fois le jeu installé, il a fallu mettre à jour avec le dernier patch sorti, soit encore 300 Mo de plus. Ouf !

Pour des joueurs avec une taille de disque limitée, comme moi, installer WoW signifie désinstaller d'autres programmes. En vrac : AoM, Titans, Open Office, Omnipage, W40K (bêta), AoX (bêta) ! Eh oui ! Enfin on je pourrais toujours les remettre au besoin.

Ensuite, roule, aucun problème de compatibilité d'aucune sorte. Et ça, c'est bien.

Un premier personnage

Au démarrage du jeu, après avoir entré vos login et passe, vous voilà devant un choix cornélien : quel serveur choisir ?

En gros, nous disposons de deux serveurs où l'on s'amuse sans se taper dessus et un autre où l'on peut combattre des joueurs. Pour un premier contact, je choisis un des deux premiers.

Ensuite on peut continuer la partie avec un de ses personnages déjà créés, ou bien en créer un nouveau. N'ayant jamais joué, j'en crée un.

J'ai décidé de ne pas trop me compliquer avec un lanceur de sort, pour commencer. Peur de ne pas savoir choisir le bon sort au bon moment, vu la taille des listes de sorts que j'ai pu voir à droite à gauche sur le net. En même temps un guerrier basique ne m'attirait pas trop. L'idéal aurait été un paladin, ou quelque chose comme ça, avec un physique satisfaisant et quelque magie pour s'amuser quand on s'ennuie. Seulement cette classe n'est pas accessible au Tauren, or je veux jouer un Tauren. Bon tant pis, ce n'est qu'un premier personnage et pour une prise de contact un guerrier Tauren suffira.

Une fois la race et la classe choisie, le jeu vous propose de personnaliser l'allure de votre gars. Couleur des cheveux et coiffure, couleur et allure des cornes, couleur et allure des habits, etc. : le choix est assez réduit mais les combinaisons suffisantes pour que votre personnage ne ressemble pas trop aux autres.

On décide aussi du nom. Ce sera Misha BigFoot. Ah. Zut, pas assez de place, il faudra laisser tomber l'espace. Mishabigfoot. Ça rentre juste.

Ensuite, il suffit d'entrer dans le monde en cliquant sur le bouton. Go.

Bienvenue dans Azeroth

 

Travelling

 

L'entrée dans le monde se fait par un travelling qui descend du ciel vers votre village d'origine, pendant qu'un type vous raconte des choses qui semblent passionnantes, malheureusement, mon niveau en anglais étant ce qu'il est, je ne saurais pas de quoi il s'agit. Mais la voix est accueillante.

Les paysages que le travelling survole sont très jolis, quoiqu'un peu vides par endroits, mais globalement c'est une réussite. Pendant tout le jeu ce seront des paysages d'une même qualité, car c'est un travelling fait avec des éléments du jeu et non une vidéo concoctée à part qui n'aura pas ensuite de rapport avec le jeu lui-même.

Rien à dire, graphiquement c'est réussi, même si on peut ne pas apprécier la tonalité globale très fisher-price-playmobil propre aux jeux Blizzard ­ ce qui est mon cas. Mais, même alors, on ne peut s'empêcher d'être bluffé.

Le village de départ de mon personnage est constitué de tentes, quelques totems venant rompre ça et là la monotonie. Au loin, on aperçoit une structure qui s'avèrera être un puits. Chouette tout ça.

Et mon personnage ? Il se retrouve de dos devant moi, face à un type à qui, apparemment, je dois m'adresser.

 

Misha ! pousse toi de là !

 

Euh, le truc, c'est que je ne sais pas comment on fait. Misha me cache le type. Je bouge la souris, le curseur se déplace mais pas Misha. Je clique droit dans le vide un peu à gauche pour la faire bouger. Rien. Clique gauche ? Hum pas mieux. Ça ne doit pas être avec la souris. Les flèches ? Oui ! Elle bouge.

Je vois le type.

Il a un point d'exclamation au-dessus de la tête.

Clic sur lui (Gauche ? Droit ? Je ne sais plus). Il me cause mais je ne comprends pas grand-chose et ce sera souvent le cas pour la suite du jeu. Autant les termes courants (« aller chercher au sud du village ») passent bien, mais tous les objets qu'il faudra ramener pendant le jeu sont très spécifiques, comme par exemple une Défense de Bligonak (nom au pif). Or le terme « Défense » est en dehors de mes capacités en anglais et le Bligonak je ne connais ni d'Êve, ni d'Adam. Mais bon, les deux termes ont leur première lettre en majuscule, ça doit être un truc particulier. Il y aura une certaine frustration à passer son temps à courir après des choses dont on ignore tout.

 

Scan a des supers pouvoirs

 

Bon, donc, en route avec mon ami Scan (druide Tauren) pour aller chercher le premier truc. Scan est doué de supers pouvoirs. Pas son perso. Lui.

À chaque quête il comprend tout et sait vers où il faut aller, alors qu'il n'a joué qu'une session avant moi et pas chez les Taurens.

Quelques heures plus tard, quand il ira se coucher, je devrai deviner seul vers où aller. Or souvent les indications de la quête, du genre « au sud du village », se révèleront un peu trop floues pour trouver l'endroit. Je me trouverai à errer pendant une demi heure en espérant trouver ma destination avec un peu de chance. Et finalement, désespéré, je finirai par découvrir l'origine des supers pouvoirs de Scan : une petite flèche dans la mini carte indique les grandes directions (les villes et villages, les personnes qui vous attendent, etc.)

Ouf !

 

Pauvres bêtes

 

Revenons au commencement. Pour la première quête il s'agira de tuer de pauvres autruches (enfin des trucs qui y ressemblent) qui se baladent à deux pas du village et d'en ramener les plumes. Ces animaux sont vraiment idiots. Tout le temps que nous nous baladerons à proximité du village, elles se feront attaquer par tous les joueurs commençant leur personnage dans le coin, et pourtant elles continuent à apprécier l'endroit, vu leur nombre.

Bon allons-y à la chasse à l'autruche. On se déplace donc avec les flèches, on clique sur l'animal et Misha sort son arme. À portée elle tape dessus. Pif, paf, un coup, deux à intervalles réguliers. C'est un peu monotone, surtout que ces bestiaux ne vous infligent que très peu de dégâts et qu'une fois le combat fini, vos points de vie remontent à toute allure. Après quelques coups, me disant ce que je peux bien faire pendant que Misha combat, à part fumer une cigarette, ce qui est mauvais pour la santé, je remarque des petites icônes en bas à gauche qui changent de couleur. Apparemment au fur et à mesure que je frappe, j'accumule de l'énergie (j'aurais pensé que ce serait le contraire : on combat, on se fatigue, notre énergie baisse, mais non, pas là) et je peux utiliser, quand j'en ai assez, des mini pouvoirs. Celui disponible au début me permet de donner un coup plus fort, précédé d'une petite figure de Misha (un tour sur elle-même avant de frapper), qui cause à vue de nez le double de dégâts.

 

Pif ! Paf !

 

Plus tard j'apprendrai d'autres capacités, nous y reviendrons, qui me permettront de faire des choix en combat, mais du même genre que cette capacité là, c'est-à-dire des sorts lights.

Le combat se résumera donc à choisir quel « sort » lancer au bon moment et ce, même si vous jouez un Guerrier. Un peu dommage pour un jeu où la majorité du temps vous combattez. Certes, on peut faire des stratégies d'utilisation des « sorts », et faire ainsi appel à son intelligence, mais j'aurais aimé que, choisissant un Guerrier, des options de combat nécessitant un peu de skill, comme on dit, à la souris (placement, choix de l'endroit visé, etc.) soient disponibles. Bon tant pis.

Donc nous tuons des autruches et au bout d'un moment je me retrouve au creux d'une vallée avec une vue limitée, puisque dans une cuvette. Mon compagnon, Scan, ne semble pas en souffrir et trouve toujours la direction dans laquelle aller pour chopper l'animal suivant.

 

J'y vois rien

 

Décidément, ce type est fort. En réponse à mes questions, il finit par m'expliquer que la souris sert à déterminer dans quelle direction regarder. Il suffit de cliquer en maintenant cliqué et de bouger la souris pour la diriger (gauche droite haut bas), et la molette permet de zoomer ou dézoomer, le maximum de zoom donnant une vue subjective. Bien pratique. La caméra est donc totalement libre. Je découvre le paysage avec un oeil nouveau. Et c'est toujours aussi beau.

Tant qu'à faire, Scan m'apprend aussi que mon inventaire est accessible avec le sac à dos en bas à droite, et que je porte sur moi est visible avec la touche C. Et là, je m'aperçois que je n'ai aucune plume d'autruche malgré le massacre animalier que je viens de commettre. Beuh ! Je finis par comprendre que lorsque je fouille un ennemi tué et qu'une petite fenêtre apparaît, je dois cliquer sur les objets que je veux prendre.

Boulet un jour, boulet toujours, le David.

Après avoir récolté les 12 plumes d'autruche, nous rentrons au village pour les donner à celui qui nous les a demandées. Scan m'apprend divers autres choses : comment partager une quête que possède l'un et pas l'autre, et ce genre de choses.

Nous poursuivons nos pérégrinations. Après les autruches, ce sont les Couguars qui subissent nos foudres. Facile là encore. Les soins du druide n'auront pas à être mis à contribution.

 

Je suis mort, qui qui dit mieux

 

Nous enchaînons sur une des trois autres quêtes qu'a prises le druide. Chercher de l'eau au puits. Rigolo.

Sûr de nous, nous nous lançons à la recherche d'un type dont nous devons ramener la tête, si j'ai bien compris. Bien mal nous en a pris. Son repaire est plein de gars qui ne sont pas vraiment sympathiques et, si les points de vie remontent rapidement entre chaque combat, les combats s'enchaînent trop vite : notre vie nous fuit.

Et on meurt.

Ouin.

En cliquant sur le bouton alors disponible on apparaît en fantôme au village de départ et il nous faut refaire le trajet jusqu'à notre corps. Une fois à proximité, nous avons la possibilité de revenir à la vie en pleine forme, sans autre forme de procès. Un peu facile à mon goût. Par la suite, une quête plus difficile, menée sans Scan, nécessitera plusieurs retours à la vie de la sorte. Revenir à la vie sans contre partie qu'un trajet à faire n'incite pas tellement à la réflexion ou à la prudence et enlève un peu du charme incontestable du jeu.

De retour donc sur les lieux. Les monstres ont fait de même. Mais cette fois d'autres aventuriers sont là et c'est sans problème que nous arrivons à nous défaire de nos ennemis. Le principe pour survivre dans ce genre d'affrontements avec des ennemis d'une valeur proche de la nôtre semble être de faire en sorte qu'on ait pas trop d'ennemis en même temps, pour que les points de vie puissent remonter entre chaque combat. Et quand vous êtes ombreux, si le premier assaut est parfois difficile, il est facile ensuite de tenir la place, en tuant les uns après les autres les ennemis qui « revivent » eux aussi.

 

La soif d'apprendre

 

Nous complétons les trois Quêtes en cours en même temps et revenons les bras chargés de notre récolte vers nos commanditaires. Nous vendons les objets récoltés sur nos ennemis (parfois un Couguar transporte sur lui une cotte de maille, mais oui monsieur !) et achetons divers matériels dans la tente qui semble servir à ça. Scan va apprendre un nouveau sort. Je décide d'aller voir si je ne peux pas aussi apprendre quelque chose. J'apprends un « sort » qui me permet de crier et donner ainsi un bonus à toute mon équipe et j'apprendrai par la suite deux ou trois autres capacités du même genre. Seulement elles n'apparaissent pas dans mes boutons en bas. Je me dis qu'il faut peut-être avoir un certain niveau et les oublie.

Nous décidons alors d'essayer de faire la quête personnelle et spécifique à notre classe (lui druide, moi guerrier) accessible, d'après mon chaperon (mais comment connaît-il tout ça ?) en cliquant sur un objet qui est dans notre sac à dos. On commence par moi. Je clique sur truc qui me semble être ça et paf je me téléporte à mon village de départ, alors que j'y étais déjà. Je viens d'utiliser une pierre qui ne pourra pas se réutiliser avant un certain temps et qui est une sorte de sauvegarde. Pas le bon objet. C'était l'autre à côté.

Boulet, de chez boulet.

La quête spécifique n'est pas partageable, apparemment. Comme il s'agit d'aller voir un type et que cela semble sans danger, chacun y va de son côté. Le type nous donne des trucs à tuer et à ramener à quelqu'un d'autre, ce quelqu'un d'autre nous envoyant sur une autre mission ensuite. Ça commence à devenir intéressant. Mais il est tard et Scan va dormir. Je vais donc continuer seul.

 

En quête

 

Je dois maintenant quitter mon village pour aller à un autre plus loin, accessible en suivant la route. C'est ce que je fais. Les décors restent très réussis. Je passe dans un ravin, ressors dans une vallée, longe un lac et finis à un embranchement qui mène vers un village plus grand où les tipis sont plus hauts et assez peuplé.

Je trouve le type à qui je dois donner un objet, accepte deux ou trois quêtes en même temps et choisis celle qui semble la plus facile. Je dois trouver deux types d'objets au sud du village. C'est là qu'après avoir erré pendant une demi heure, je me rends compte des petites flèches sur la mini carte. Une vraie découverte. Je serai à l'avenir beaucoup plus efficace.

Je finis par ramener les objets et la personne enchaîne sur une autre quête que j'accepte mais que je décide de régler plus tard : maintenant que je vois sur la mini carte où je dois me rendre pour les autres quêtes que j'ai acceptées auparavant, je vais les terminer.

 

Faiblarde Misha ? Non : seulement David

 

Un camp de gobelins, ou quelque chose comme ça, ennuie le chef du village. Je dois en tuer un maximum. Je sais où aller. J'y vais. Après être mort deux fois, je m'interroge. La quête ne semble pas possible seul. Et même alors, le moindre loup croisé ou vautour attaqué commence à me poser problème. Où sont donc les capacités que j'ai apprises depuis le début ?

Et me voilà à chercher sur les différents boutons, ce qu'ils me permettent de faire. Je découvre que j'ai effectivement des sorts (ces fameuses capacités) et qu'elles sont accessibles dans mon livre de sort. Hum. Deux ou trois clics à faire en combat pour lancer un machin, ça me semble difficile. Doit y avoir moyen de faire autrement. J'essaye de placer une capacité dans ma barre de boutons d'en bas qui est bien vide et, miracle, ça marche !

J'essaye alors la Charge : à faire avant un combat, elle se « lance » quand on n'est pas trop loin de l'ennemi et notre personnage fonce vers lui et l'énergie de combat ne démarre pas à zéro. Bon on a beau charger avec une arme à la main, le personnage fonce mais s'arrête et le premier coup infligé ne sort qu'au bout de x secondes (chaque arme frappe toutes les x secondes). Du coup le visuel est un peu raté. Dommage.

J'ai appris aussi Blessure : une blessure est infligée miraculeusement à l'ennemi, en plus des coups normalement donnés. J'apprendrai à bien l'utiliser. J'essaye pendant le lancement d'un sort de l'ennemi, mais je ne sais pas vraiment si ça réussi à lui faire interrompre son incantation. Par contre certains ennemis fuient quand ils n'ont plus beaucoup de points de vie et pour les « terminer » c'est pas mal.

Mon Cri (qui booste mon entourage) est assez coûteux en énergie aussi je n'aurais que rarement la possibilité de l'utiliser. Dans un groupe nombreux cela doit être utile, mais là en solo, non.

Reste que mon truc le plus efficace est quand même celui que j'avais au départ et qui permet de doubler les dégâts sur un coup.

Mais bon, cela me fait diverses options en combat.

 

À la cinquième minute, il est ressuscité des morts

 

Je reprends donc ma Quête (expulser les Gobelins) mais seul c'est peine perdue. Finalement je me retrouve à côté d'un Tauren chasseur qui a une sorte de fusil qui à l'air vraiment marrant. Faudra que j'essaye Chasseur. À deux on ne s'en sort pas plus que seul et il faudra attendre l'arrivée d'un autre groupe pour faire notre hécatombe.

J'ai quand même fini par mourir une fois de plus et quand je reviens le groupe a disparu et je me retrouve encore seul à devoir tuer deux gobelins tanneurs qui ont tendance à ne jamais s'isoler de leur petit camp. Il faudra ressusciter encore deux fois pour finir

Finalement je peux reprendre ma « Quête enchaînée », celle qui a débuté dans mon village, me ballade de bonshommes en bonshommes et m'a amenée dans ce village. Finalement c'est la plus intéressante.

 

Suivre sa vision

 

L'étape suivante n'est pas difficile : je dois activer un objet devant le feu du village et suivre la vision qui m'apparaîtra alors. Je fais et c'est joli. La vision est en fait un animal à moitié translucide, un loup bleu, que je dois suivre et qui m'emporte sur la route dans une nouvelle direction vers un ermite caché dans la montagne.

Chouette. Il me donne une nouvelle mission. Mais je fatigue.

J'ai commencé à 22h00 et il est 4h00 du matin. Ce sera pour la prochaine fois.

Conclusion

J'ai passé une excellente soirée et j'ai eu du mal à quitter la partie.

Le jeu comporte de gros défauts, à mon goût. D'abord l'illogisme de certaines situations : les autruches qui se font décimer et qui restent sur place, les monstres qui revivent sous nos yeux. Ensuite certains choix de conception ne me paraissent pas heureux : la mort peu pénalisante, les combats assez monotones.

Mais ses qualités propres (le visuel, les quêtes nombreuses et assez variées) et génériques (l'addiction qu'il y a à faire évoluer son personnage dans ce type de jeu, à vouloir faire toujours une quête de plus pour savoir ce qu'elle sera et ce qu'on va découvrir du monde à travers elle) les rachètent - même si les défauts suscités ne se font jamais vraiment oublier.

Avant d'avoir un avis définitif, il faudra voir si les quêtes sont suffisamment variées si elles ne sont pas trop répétitives, tester plus avant le jeu en groupe (à deux ce n'est pas un vrai groupe). Mais pour l'instant je n'ai qu'une envie : y retourner.

Logo WoW
Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2020 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales